TEMOIGNAGES

Le mariage féerique d’un couple atteint du syndrome de Down. 

  Quand l'amour est plus fort que le handicap !

handicap amour couple toujours

Elvine-pour FC

L’Amour est la seule réponse

Einstein amour puissance de l'amour force

 

« Lorsque j'ai proposé la théorie de la relativité, très peu m'ont compris.

 

Ce que je vais te révéler maintenant va provoquer l'incompréhension et les préjugés du monde.

 

Je te demande donc de conserver cette lettre aussi longtemps que nécessaire, d'attendre des années, des dizaines d'années jusqu'à ce que la société soit suffisamment avancée pour accepter ce que j'explique ci-dessous.

Il y a une force extrêmement puissante pour laquelle, jusqu'à présent, la science n'a pas trouvé une explication officielle.

C'est une force qui comprend et régit toutes les autres. Elle est derrière tout phénomène qui opère dans l'univers.

Cette force universelle est l'Amour.

Lorsque les scientifiques étaient à la recherche d'une théorie unifiée de l'univers, ils ont oublié la plus invisible et la plus puissante des forces.

 

L'Amour est lumière, il éclaire ceux qui le donnent et le reçoivent.

L'Amour est gravité, il fait que des personnes sont attirées vers d'autres.

L'Amour est puissance, il démultiplie ce que nous avons de meilleur et permet que l'humanité ne s'éteigne pas dans son égoïsme aveugle.

L'Amour révèle et se révèle.

Par l’Amour, nous vivons et nous mourons.

L'Amour est Dieu, et Dieu est Amour.

 

Cette force explique tout et donne son sens premier à la vie.

 

Il s'agit de la variable que nous avons ignorée pendant trop longtemps, peut-être parce que l’Amour nous fait peur, puisque c'est la seule énergie de l'univers que l'homme n'a pas appris à gérer par sa volonté. [.]

L’Amour est la force la plus puissante qui existe, car il n'a pas de limites.

 

Après l'échec de l'humanité dans l'utilisation et le contrôle des autres forces de l'univers, qui se sont retournées contre nous, il est urgent que nous nous nourrissions d'un autre type d'énergie.

Si nous voulons que notre espèce survive, si nous voulons trouver un sens à la vie, si nous voulons sauver le monde et chaque être sensible qui l'habite,

 

l’Amour est LA SEULE REPONSE.

 

Peut-être nous ne sommes pas encore prêts à fabriquer une bombe d’Amour, une machine assez puissante pour détruire toute la haine, l'égoïsme et la cupidité qui dévastent la planète.

 

Cependant chaque individu porte à l'intérieur de lui un petit mais puissant générateur d’Amour dont l'énergie attend d'être libérée. Lorsque nous aurons appris à donner et à recevoir cette Énergie universelle, nous pourrons affirmer que l’Amour conquiert tout et est capable de tout transcender, car l’Amour est la quintessence de la vie.

 

Je regrette vivement de ne pas avoir pu exprimer ce qui, dans mon cœur, a palpité silencieusement pour toi toute ma vie. Il est peut-être trop tard pour demander

pardon, mais comme le temps est relatif, j'ai besoin de te dire que je t'aime et de te remercier car, grâce à toi, j 'ai trouvé l'ultime réponse. »

 

Lettre d’Albert Einstein à sa fille Lieserl, rendue publique en 2016.

 À la fin des années 1980, Lieserl, la fille du célèbre génie Albert Einstein, a donné 1 400 lettres de Einstein à l’Université hébraïque, avec l’ordre de ne pas rendre publique son contenu jusqu’à vingt ans après sa mort.

 

 

  

BESOIN D'AMOUR

Il existe sûrement sur terre des hommes fidèles !

 

par Marina - Témoignage trouvé sur un forum.

 

 

Je viens de lire un article consacré à l'infidélité masculine.

Des raisons psychologiques, voire physiologiques et hormonales sont données au fait que l'homme ait ce besoin quasi viscéral d'aller "voir ailleurs".

N'est-ce pas un peu simplifier les choses et donner des excuses aux infidélités des hommes de dire cela ?

Il existe sûrement sur terre - j'espère en tout cas - des hommes fidèles.

Est-ce que ces hommes-là sont à considérer comme des cas anormaux, voire pathologiques ? 

Je suis un peu excédée par le fait que la psychologie et la médecine donnent à l'homme ce genre d'excuse.

Selon cet article, si je l'ai bien compris, la femme devrait se résoudre à l'idée que l'homme qu'elle aime va la tromper, parce que c'est inscrit dans ses gènes.

Alors à quand une invention médicale qui enlèvera les gènes de la jalousie chez les femmes ?

Les gènes qui font que lorsqu'on est fidèle, on en attend de même de notre partenaire, pas parce qu'on veut le frustrer, mais parce qu'on l'aime.

 A quand une telle invention ? Parce que je veux bien jouer le cobaye.



Moi, j'ai 23 ans, j'ai un partenaire que j'aime profondément et qui m'aime (c'est beau !) et la seule chose qu'on nous présente, c'est le fait que l'homme est génétiquement infidèle.

« Comment y échapper ? » se diront les hommes.

C'est un bien gros effort, alors que nous sommes génétiquement programmés pour l'infidélité.

Laissons-nous donc tenter... »

 

Enfin, bref, c'est sûr qu'avec les facilités des sites de rencontre, des rencontres au boulot ou dans la rue, et la perte du désir due à la routine, cela ajouté au fait que les médecins et les psychologues vont aussi dans ce sens, en clair, nous n'avons pas beaucoup d'espoir de ne pas être trompées, voire d'e ne pas être malheureuses en couple.

En clair, on nous conseille de garder l'homme qu'on aime comme amant et de prendre un mari, qui nous sera, génétiquement en tout cas, infidèle.

Je suis un peu énervée contre ce phénomène social de l'infidélité (parce que c'est bel et bien un phénomène social). Et pourtant, je suis loin d'être une diseuse de morale, ni une religieuse, ni une gardienne des traditions.

Je suis peut-être juste une jeune femme qui aimerait qu'on ne tue pas tous ses espoirs d'amour complet, de "désir renouvelé", de fidélité volontaire, de fantasmes à l'infini avec le même homme et à la fois d'enfants, d'une famille heureuse, d'un travail qui me plaît, en bref, d'une vie épanouie.

 

Est-ce que c'est vraiment trop demander ?

Fidélité & amour

 

LA TENDRESSE

 

A mon avis, l'amour sans la tendresse, c'est un peu comme si les personnes étaient derrière une vitre avec un interphone. Elles se voient, peuvent s'entendre, se dire qu'elles s'aiment ... et c'est tout ou presque; la tendresse, pour moi, est LE langage essentiel de l'amour.

Elle s'exprimera de différentes manières selon que l'amour est conjugal, parental, familial, etc... mais sans elle, l'amour se meurt petit à petit, car nous en avons un besoin vital.

Les mots ne suffisent pas; les cadeaux et les actes non plus; le meilleur moyen de communication reste la tendresse.

Et quand la communion semble rompue, ou seulement moins grande, un peu de tendresse ravive la flamme et fait bien souvent oublier les moments plus difficiles et les silences pesants. Le dialogue en est facilité, et l'amour réchauffé.

Pour moi, la tendresse est vitale, comme l'oxygène de l'amour, qui, sans elle, s'asphyxie.

 

Fanch 

L’amour ne peut pas disparaître

 

"Quand nous nous sommes décidés à faire notre vie ensemble, et donc à nous marier, nous avons pris la décision, d’un commun accord, que nous nous interdisions la possibilité de nous quitter un jour, même s’il y avait des difficultés qui se présentaient.

 

La valeur de la « parole donnée », de la promesse, était sacrée pour nous, et nous voulions tout faire pour la protéger.

Nous acceptions de faire face aux épreuves, au fait que l’autre allait changer au fil des ans, etc…

Nous ne savions pas ce qui arriverait, nous avions conscience que la vie est longue, mais nous nous disions que si nous nous gardions en réserve une porte de sortie, inconsciemment, elle serait toujours présente à notre esprit, et qu’elle resurgirait au moment où la tentation serait grande de baisser les bras.

 

Ça n’est pas forcément facile tous les jours, mais cela fait plus de 30 ans que nous sommes ensemble, et nous avons toujours été fidèles l’un à l’autre. Nous avons eu parfois besoin d’un petit peu d’aide (il ne faut pas hésiter à en demander : il n’y a pas de honte à cela. Il faut bien choisir son aide, bien sûr).

 

Les pardons donnés, la reconnaissance de nos pauvretés et de nos limites personnelles et conjugales, la reconnaissance que la perfection n’existe pas en ce monde, nous ont permis de continuer d’avancer malgré tout … et nous sommes toujours amoureux, car l’amour, c’est comme un feu de bois : si on souffle un peu sur la braise de temps en temps, il ne s’éteint pas et repart.

 

L’amour est un sentiment, mais c’est aussi une décision, un choix : on n’en est donc pas victime, on ne le subit pas.

 

Pour nous,

l’amour ne peut pas disparaître si on a décidé qu’il ne disparaîtrait pas.  

 

C’est notre expérience, nous sommes heureux de la partager et espérons vieillir ensemble en nous aimant toujours plus."

 

Témoignage d’un couple de nos visiteurs.

LE PARDON

 

"Je sors tous les week-ends en boîte, ou alors nous faisons des soirées "alcool-canapé" avec mes copains depuis des années.

J'ai eu de nombreux petits amis avec lesquels je suis sortie, comme tous mes copains et copines,

(j'en ai un aussi en ce moment).

 

Mais mon rêve, ce serait d'en rencontrer un qui soit fidèle,

qui m'aime pour toujours, et en qui j'aurais vraiment confiance".

 

Julie, 16 ans - au collège en 3ème

 

Pièges

 

Anne Queffélec, soeur de l'écrivain Yann Queffélec : « J'ai essayé de transmettre l'art et la beauté à 

mes enfants »



« Mes parents m’ont depuis ma plus tendre enfance nourrie aux vraies sources ; nous vivions comme dans une grotte préhistorique ; chez nous, il n’y avait rien, pas de frigo, pas de voiture, pas d’électrophone, évidemment pas de télévision. Un piano et des livres, c’est à peu près tout. Nos parents étaient extraordinairement cultivés et attentifs ; les valeurs fondamentales qu’ils nous ont transmises étaient culturelles, artistiques, spirituelles.

Dans l’éducation, l’amour ne suffit pas ; rentrent aussi en ligne de compte des questions de chimie, d’affinités, de caractère, de rendez-vous manqués. Au sein d’une même famille, chaque relation est unique, singulière. Et puis jusqu’à quel point comprend-on ses propres parents ? Il faut soi-même avoir eu des enfants pour réaliser qu’avec la meilleure volonté du monde, on peut les blesser.

Moi-même j’ai eu deux garçons, qui ont aujourd’hui 19 et 22 ans. Au début j’ai essayé d’égaler ma mère, mais j’ai vite compris que c’était une erreur. Elle se consacrait uniquement à nous, moi je n’ai jamais voulu renoncer à la musique, car j’aurais été une mère amputée.
Je dis souvent à mes enfants qu’ils ont écopé d’une maman pianiste, que ça fait partie de leur panier. Ils l’ont parfaitement compris. 
J’ai essayé de leur donner les valeurs que j’avais reçues, le goût de la beauté, de la constance pour y parvenir. Je pense que ça été plus difficile que pour mes parents, car les enfants sont très sollicités aujourd’hui par les écrans, le virtuel, le zapping, mais je crois que j’y suis parvenue... 
J’ai tenté aussi de leur transmettre des valeurs spirituelles, mais là, c’est plus compliqué, car je me suis moi-même un peu éloignée de la pratique religieuse que je trouve aujourd’hui trop désacralisée.
Dans les églises, trop souvent, la beauté est absente ... »
Recueilli Jean-François FOURNEL
D'après LA CROIX - 02/03/2010

L'art au service de l'amour

 

 

 Consentement

 

Quand deux êtres s'aiment et qu'ils ont essayé de voir s'il n'y avait pas une faille dans leur amour, s'il n'y avait pas une raison de ne plus s'aimer, et qu'ils n'ont rien trouvé, et qu'ils n'ont vu aucune raison de ne pas s'aimer, alors ils ne peuvent faire qu'une seule chose, c'est de consentir à l'autre.

 

Quand je rencontre des moments de doute, de saturation et de faiblesse, je me dis : "Attention, Jean-Louis, tu as consenti ; arrange-toi à l'intérieur de ton consentement et continue." C'est ce qu'on appelle la fidélité. Il y a des moments où l'on n'a pas du tout envie d'être fidèle, mais on a consenti…

 

Il faut s'arranger à l'intérieur de son consentement. Et je crois que toute votre vie, quand vous allez avoir à choisir, si vous arrivez à consentir à une chose, dans les moments de faiblesse, arrangez-vous toujours à l'intérieur de votre consentement. A ce moment-là, votre vie sera positive et vous serez de bons jardiniers de votre existence. Dans le Soulier de Satin, quand le mari dit : "Ce n'est pas l'amour qui fait le mariage, c'est le consentement", beaucoup de gens rient : ils ont raison, parce qu'ils ne comprennent pas à fond. Quand on a été au-delà de l'amour, on consent jusqu'à la mort.

 

 

 Témoignage de l'acteur Jean-Louis Barrault, envoyé par l'un des visiteurs du site.   Merci à lui.

AIMER C'EST TOUT DONNER

"Aimer,

c'est tout donner,

et se donner

soi-même"

 

Thérèse Martin

Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie !

 Chiara Corbella

Barbara Castro Garcia


Ces deux petites mamans viennent de donner deux fois la vie à leur enfant !

Amour & Vie

Amour & spiritualité

DECOUVRONS L'AMOUR

 

Nous faisons un grand pas 

sur la voie 

du véritable amour 

le jour où nous acceptons 

de n'être plus Dieu 

pour l'être aimé 

et où nous lui pardonnons 

de n'être pas Dieu 

pour nous.

Il reste alors,

au lieu de deux idolâtres,

l'union de deux pauvretés 

et de deux prières. 

Gustave Thibon - 
philosophe